Eternal HXC

Séquoia, voila un nom qui doit raisonner doucement aux oreilles des fans de Hardcore. Ils se rappelleront certainement à l’évocation de ce nom du très bon «The forgotten link» qui marqua les débuts du groupe vite remarqué sur la scène emocore française. Aujourd’hui ils nous reviennent avec un second opus (comme on dit dans les chroniques de musique) qui n’est autre qu’un Split avec les non moins talentueux Liu Kang. Alors ne comptez pas sur nous pour vous décortiquer le cd en partant dans des : «les guitares sont tranchantes, portées par une voix à la limite de la rupture tant les chorus sont accompagnés par une batterie accrocheuse et une basse à certains moments proche du jazz». Nous ici on se concentre sur l’essentiel: le plaisir qu’apporte le cd à son écoute. Eh bien soyez servis mesdames, messieurs  le cd est carrément excellent notamment grâce à des guitares tranchantes, portées par une voix à la limite… Oh la je m’emporte. D’autre part le groupe part en tournée à partir de ce mois de juin dans une dizaine de pays Européens. Preuve (s’il en fallait une) du talent du groupe et de leur envie de partager leur musique avec le plus grand nombre. Donc ce mois ci vous l’aurez compris le cd à acheter de toute urgence c’est le dernier Séquoia.

» Lire la suite

Tout pour Yelle

On dit souvent que la rue regorge d’artistes qui mériteraient bien leur place à la TV le mercredi soir sur la six. Les nouvelles technologies étant passées par là, c’est maintenant sur Myspace que les artistes en herbe sévissent. Parmi eux on retrouve Yelle certainement une des plus talentueuses. Au départ, Yelle voulait répondre à certaines paroles de TTC, que nous qualifierons de «légérement sexistes», en mettant son titre sur Myspace. Grosse surprise, en 2 jours 2000 écoutes! A tel point qu’un label de chez EMI (source etc) l’a repéré et l’a faite signé pour un maxi.  Certains essayeront de  classer Yelle dans tel ou tel style mais nous, nous préférons dire que son style est vraiment rafraîchissant. Des paroles pleines d’humour (et de réalité) viennent appuyer une musique entre pop, électro, rap, rock, et même bossa nova ou salsa si vous voulez, car on se gardera bien de la classer tant son style parait tellement évolutif. Vous l’avez compris, nous à Swedge on est fan, et on prend le pari que dans quelque temps vous vous battrez pour avoir un billet pour son concert. Alors à ce moment là rappelez vous que les premiers à vous en avoir parlé c’était Swedge…

» Lire la suite

Hip-hop revival

Le marché du Cognac connaît un spectaculaire redressement contrairement à d’autres spiritueux. Grâce à qui ? Eh bien croyez le ou non, grâce aux stars du rap US tel P-Diddy, Busta Rhymes ou Jay-Z.
En effet le rap US est truffé de symboles, et les stars américaines, maîtres de leur image, ont besoin de se créer un univers et donc des codes. Alors après le Tunning à base de diamants ils leur fallaient un alcool en signe de ralliement, histoire de contrer les Wasp et leur Whisky. Pour cela le rap US a porté son dévolu sur le Cognac, un alcool proche du Whisky dans sa conception et son raffinement. En plus le Cognac, symbole d’élégance, rentre parfaitement dans le registre  «Bling Bling» actuel. Mais si tous les Wasp peuvent boire du Whisky c’est parce qu’il existe une multitude de marques des plus somptueuses aux plus basiques. Problème, il n’existe que des marques exceptionnelles de Cognac aux USA tels Hennessy, Courvoisier ou Rémi Martin. Voyant P-Diddy et Busta Rhymes clamer : «Pass the Courvoisier» dans un de leur clip (dispo dans la partie media de Swedge), les classes les plus populaires des USA ne rêvent que de Cognac, histoire de copier leurs idoles. Il n’est donc pas rare de voir un père de famille dépenser son maigre revenu dans du Hennessy (50% de part de marché aux USA).
On l’a bien compris le Cognac est l’alcool à la mode aux Etats-Unis, tant de par son exposition médiatique dans les clips de rap que de par le symbole contestataire qu’il représente.

» Lire la suite