Fils de pub

Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir en découdre avec la publicité. Des mouvements anti-pub aux alter-mondialistes c’est toute l’économie de marché qui est visée à travers sa vitrine la plus emblématique : la publicité. Le mouvement a commencé il y a déjà quelques années à la fin du siècle dernier, avec des actions plutôt timides. Mais après avoir franchi le cap de l’an 2000, les anti-pub se sont radicalisés face à la pression médiatique, toujours grandissante, des marques. C’est ainsi que la plupart d’entre nous ont découvert le mouvement, avec des actions «coup de poing» comme les tagages publicitaires dans le métro parisien.
Avec cette radicalisation, les médias se sont penchés sur le mouvement, y voyant tantôt une contestation de l’économie de marché, tantôt le refus de la femme objet ou n’importe quelle autre forme de contestation. La situation avait à l’époque l’avantage de permettre aux médias de surfer sur la vague alter-mondialiste. Du coup les anti-pub se sont prêtés au jeu devenant rapidement dépendants des médias pour exister. Car il est bien là le problème : comment relayer ces actions sans utiliser les médias ? Face à cette contradiction, les mouvements se sont vite retrouvés enfermés, d’autant plus que les condamnations commencèrent à tomber. La RATP, via sa filiale publicitaire Métrobus, n’avait pas décidé de se laisser faire. Et à l’instar des faucheurs anti-OGM, les anti-pub furent sévèrement condamnés.

» Lire la suite

Sav de l’humour

La télé a toujours eu besoin de ce qu’on appelle vulgairement des « troublions ». Omar et Fred en font-ils partis ? Difficile à dire. En effet, même si leurs passages télévisés sont toujours assez peu conventionnels, on peut difficilement les ranger dans la même case qu’un Pierre Desproges par exemple. Ces purs produits du galvaudé «esprit Canal» ont commencé avec Jamel il y a quelques années déjà. Plus tard on les retrouvera dans un concept désormais célèbre : « le visiophon », qui leur permettra de découvrir un de leur sujet de prédilection qui est justement  la télé.
Aujourd’hui on les retrouve dans un spectacle
« rocambolesque, circonspect, adjacent et soluble » à La Grande Comédie.
Et comme dirait Alain Chabat : « Avez-vous déjà vu des questions plus longues que les réponses ? Maintenant oui. »

» Lire la suite

Sir Darren

C’est après ses études et une parole lancée en l’air à un copain que Darren Tulett débarque en France. Une parole pas si en l’air que ça puisque depuis Darren n’a pas quitté la France. Enfin si, il y a quelques années, Darren retourne en Angleterre, après six années en tant que prof en France, pour devenir journaliste sportif. Mais en 1998 il fait le «forcing» auprès de son employeur (Bloomberg) pour couvrir la coupe du monde en France. Il n’hésite pas à prétexter avoir plein de contacts français, alors qu’il n’en est rien.
Depuis Darren a fait du chemin. Il est en effet le chroniqueur anglais de l’équipe du dimanche sur Canal+, et accessoirement Docteur ès Premier League.
Mais Darren Tulett c’est bien plus que ça, c’est évidement des tenues au style qui n’appartient qu’a lui, un ton journalistique sérieux mais détendu. C’est aussi et surtout un des meilleurs ambassadeurs de la culture anglaise, trop souvent opposée à la culture française.Car son aura va bien au delà du football. Darren Tulett vous donne envie de regarder le foot à la télé, parce qu’il propose autre chose, au temps du «tout pareil» et des « journalistes robots », formatés dans les écoles de journalisme, qui s’extasient sur une passe en retrait de Johnny… euh pardon Jérôme Rothen. Swedge Magazine a donc rencontré Darren pour votre plus grand plaisir.

» Lire la suite