Pour l’amour du X

Imaginez que vous appreniez que votre voisine, farouche militante féministe, est en réalité une actrice X. Possible, du moment qu’elle s’appelle Ovidie. Enfin si ce n’est qu’Ovidie n’est pas tout à fait votre voisine…

Alors un ovni Ovidie ? Peut être. Ce qui est sûr du moins, c’est que ses prises de position ne font guère l’unanimité. Après plus de cinquante films à son actif, elle écrit «pornomanifesto», paru en 2004 aux éditions «La Musardine», où elle prend ouvertement la défense d’une industrie plus que décriée: le cinéma X. Dans ce livre, Ovidie nous explique que le X ne va pas à l’encontre de la libéralisation de la femme, puisqu’il lui permet de disposer librement de son corps. A partir de là Ovidie est prise entre deux feux : d’un côté on la voit très sérieuse sur les plateaux TV, défendant le «féminisme pro sexe», de l’autre elle continue dans le X où certains la montrent du doigt en la rebaptisant «l’intello» chose presque obsène si l’on puis dire, dans ce milieu. Elle est aussi la première à exiger le port du préservatif dans ses films, rendant la pratique naturelle en France, chose impensable à l’époque. Aujourd’hui mère d’une petite fille, Ovidie a arrêté le X, mais continue à réaliser. Cependant elle n’en reste pas moins actrice puisqu’elle a eu de nombreuses sollicitations depuis «le pornographe» de Bertrand Bonello, primé à Cannes. Toujours engagée dans son combat en faveur des femmes, elle est aussi la fondatrice du premier sex shop féminin.

Interview

Salut Ovidie, alors cette petite fille comment va-t-elle ?
Elle va très bien et elle est très belle. Elle a déjà le caractère de sa mère : très calme mais avec un regard noir lorsque quelque chose ne lui plait pas.

Que faisais-tu avant l’interview et que vas-tu faire après ?
Avant ? Je répondais à mes mails en écoutant du garage.
Après ? Je vais prendre une douche et attendre un de mes amis qui vient dîner.

Tu es une «défenseuse» du féminisme «pro sexe», pourrais-tu convaincre les sceptiques, de la non contradiction entre féminisme et porno ?
Ce serait trop réducteur de synthétiser ça en trois lignes. Il m’a fallut un livre entier pour l’expliquer ! Grosso Modo, je pars du principe que chaque femme en tant qu’individu a le droit de disposer de son corps comme elle l’entend et que chaque sexualité est unique. Il n’y a pas de sexualité «féministement» correcte.

Tu as eu une vrai carrière dans le X, que penses-tu des filles qui font une carrière «éclair» et font la tournée des plateaux TV ?
Bah, c’est de la chair fraîche. Les médias en ont besoin. L’histoire prouvera que l’on ne se souviendra que de celles qui ont réellement marqué le métier.

Plus concrètement penses-tu que le porno peut être un tremplin au même titre que la star’ac ?
Pour avoir expérimenté la starisation je peux affirmer une chose : le porno est tout sauf un tremplin. C’est un handicap lorsque l’on envisage sa reconversion. Alors je souhaite bien du courage à toutes les gourdes qui arpentent les émissions !

Pourquoi n’a-t-on jamais fait appel aux stars du X pour des actions comme Ensemble contre le sida, d’autant que certains (comme toi), ont fait de vrais efforts de communication pour le port du préservatif?
En tant que réalisatrice, j’aurais été très bien placée pour réaliser des campagnes contre le sida, des courts métrages… Mais on ne m’a jamais rien proposé de tel. Je crois que c’est parce qu’aux yeux de tous nous passons pour des écervelé(e)s et des incapables !

On te voit un peu moins dans les médias, je trouve, c’est toi qui as mis le holà ?
Oui, il y a plusieurs raisons à cela : la première est que si l’on regarde bien, les derniers prime-time auxquels j’ai participé, remontent à décembre 2004 / janvier 2005, date à laquelle j’ai appris que j’étais, enceinte ! C’est d’ailleurs dans le taxi qui me ramenait chez moi après être passée en direct au Grand Journal (Denisot, Canal+) que j’ai annoncé à mes parents la nouvelle. Donc forcément, durant toute ma grossesse, j’ai fuis les sources de stress, et entre autres les émissions. L’autre raison est que je ne vois plus l’intérêt de faire autant d’émissions qu’avant. A force de passer à la télé, on finit par lasser le public et être décrédibilisée. J’ai été très présente à une époque, j’ai fait passer les messages que je souhaitais faire passer. Ceux qui ont voulu s’intéresser aux idées que je défendais l’ont fait. Les autres sont irrécupérables et pourront plus être convaincus. Et puis ça demande tellement d’énergie alors que je travaille déjà énormément!

Justement quels sont tes projets ?
Après Porno Manifesto, In sex we trust, et Films X : y jouer ou y être, j’ai terminé d’écrire un nouveau livre : Osez tourné votre propre film X (collection « Osez… » à La Musardine) qui sortira en novembre 2005. Contrairement aux autres livres qui étaient tous sérieux, celui-là est un petit fascicule sans prétention dont le but est de faire sourire les lecteurs… Et d’encourager les couples à se filmer !

Le mot de la fin?
Je serais heureuse d’être le marraine de Swedge magazine, sinon je suis de nouveau enceinte! Non, je blague…

Aucun commentaire

Laisser un commentaire