D’un golf à l’autre

street golf

Non, le golf n’est plus un sport réservé à une élite. Pas besoin de payer plusieurs milliers d’euros pour prendre une licence dans un club house où, Ralph Lauren et René Lacoste en sont les videurs.

Le golf arrive aujourd’hui dans la rue offrant ainsi une nouvelle alternative à une culture sportive urbaine qui commençait à sérieusement s’essouffler. Beaucoup ne se retrouvent plus dans l’esprit véhiculé par le skate, le roller ou le Bmx. Ces sports urbains, autrefois précurseurs, se sont auto asphyxiés pour aujourd’hui laisser place à un vaste marché, dit de «l’extrême», où les conglomérats américains règnent en maîtres.

Un nouveau mouvement est apparu et n’a rien trouvé de mieux que de s’emparer du bastion le plus emblématique du sport business pour le faire descendre dans la rue: le golf.Le cross golf, ou urban golf, retrouve ainsi les valeurs (peut être un peu disparues aujourd’hui) qui ont fait naître des sports tel que le skateboard. Le cross golf se pratique ainsi de plusieurs manières: une pratique «golfique» consistant à utiliser n’importe quelles cible urbaine (poubelles, panneaux de signalisation…) en guise de trou, et ce, sur un parcours de 18 cibles. L’autre tendance, elle, s’inspire directement des «tricks» du skate ou du Bmx pour laisser une liberté totale aux cross golfeurs, comparant ainsi les «coups» à des figures.

Foster Academy

Avec des crews comme les Urbangolfers ou le 19 ème trou (pour les français) cette pratique est aujourd’hui prise en compte.

«Le cross golf renoue avec les origines du golf quand ce sport était réservé aux bergers Ecossais et les fairways tondus par des chèvres.» dixit Farbrice Tarnaud pro golfeur et consultant pour Sport+. Certains parlent même «d’acte politique inconsidéré» opposant ainsi le cross golf au golf traditionnel. Alors le cross golf symbole d’une croisade prolétaro – golfique? Peut être pas, mais en tout cas le cross golf démontre bien que personne ne peut s’accaparer un sport pour le cloisonner.

En effet il ne faut pas se tromper, ce n’est pas parce qu’ un Américain, un Fidjien, un Sud africain, un Espagnol et un Australien figurent parmis les dix meilleurs mondiaux, que le golf est un sport multiculturel. Au contraire une seule culture domine ce sport: la même qui a longtemps bannie les noirs des greens …

Le cross golf s’inspire, pour sa part, de ce que l’on trouve dans la rue: une gigantesque mosaïque.

Pour l’instant la fédération française de golf reste dans l’expectative mais nul doute qu’elle saura, le moment venu, utiliser le cross golf pour nous expliquer que le golf est un sport populaire. Cependant à en croire les Urbangolfers, aucun d’entre eux n’a jamais été tenté par le golf, «même si» lâchent-ils «nous avons pris conscience de la difficulté et de la richesse de ce sport, d’ailleurs il nous arrive même de regarder les compétitions à la télé».

Aujourd’hui la discipline connaît une forte accélération médiatique en France.

Alors il ne faut certainement pas opposer le cross golf au golf mais plutôt considérer cette nouvelle pratique comme une arme supplémentaire pour rendre le golf accessible et en faire un vrai sport, c’est à dire une discipline universelle

Un commentaire

Bon article!

Laisser un commentaire