Tout pour Yelle

On dit souvent que la rue regorge d’artistes qui mériteraient bien leur place à la TV le mercredi soir sur la six. Les nouvelles technologies étant passées par là, c’est maintenant sur Myspace que les artistes en herbe sévissent. Parmi eux on retrouve Yelle certainement une des plus talentueuses. Au départ, Yelle voulait répondre à certaines paroles de TTC, que nous qualifierons de «légérement sexistes», en mettant son titre sur Myspace. Grosse surprise, en 2 jours 2000 écoutes! A tel point qu’un label de chez EMI (source etc) l’a repéré et l’a faite signé pour un maxi.  Certains essayeront de  classer Yelle dans tel ou tel style mais nous, nous préférons dire que son style est vraiment rafraîchissant. Des paroles pleines d’humour (et de réalité) viennent appuyer une musique entre pop, électro, rap, rock, et même bossa nova ou salsa si vous voulez, car on se gardera bien de la classer tant son style parait tellement évolutif. Vous l’avez compris, nous à Swedge on est fan, et on prend le pari que dans quelque temps vous vous battrez pour avoir un billet pour son concert. Alors à ce moment là rappelez vous que les premiers à vous en avoir parlé c’était Swedge…

Interview

Tu peux nous en dire un peu sur toi ? Te présenter en fait.
Je m’appelle Yelle, j’ai 23 ans, j’habite en Bretagne mais je ne fais pas de musique bretonne ! J’ai commencé par apprendre un peu le piano étant petite, puis j’ai chanté dans un groupe pop de filles pendant mon adolescence. J’ai une culture musicale très variée mais surtout populaire, mes parents m’ayant éduqué en ce sens. Aujourd’hui j’écoute beaucoup de choses, de la pop, du rap, du rock, de «l’electro», même si je n’aime pas ce terme.

Alors commençons du début : d’après ce que j’ai compris tu as composé «Je veux te voir» sur un délire pour répondre à un titre de «TTC» ?
Oui, c’est ça. C’est une sorte de «réponse des filles» à certains textes de TTC. C’est ludique. Ce morceau a été fait très vite, de manière très spontanée.

Tu as ensuite mis ce titre sur Myspace et là, une maison de disque t’a contacté.
Je suppose que tu ne t’attendais pas à un tel engouement ?
Non, évidemment pas. Au départ, j’ai mis en ligne ce morceau de manière totalement discrète, pour quelques proches, et puis un jour tout s’est déclenché, le buzz a tourné sur des forums et ça a été le début de cette «mini notoriété virtuelle». En deux jours il y a eu plus de 2000 écoutes, des dizaines de messages, c’était un peu dingue, je n’ai rien vu venir !

Avant Myspace tu fonctionnais comment pour te faire connaître ?
Myspace a été mon point de départ en terme de promotion.

Penses tu que tu es un bon exemple de comment on peut se faire connaître sur le net ou que tu as simplement eu beaucoup de chance ?
Je pense que tu oublies le terme «musique» là !
Si ta musique n’est pas bonne et ne touche personne, tu auras beau te faire un beau profil Myspace, avec un super logo et des jolies photos, il ne se passera rien. Myspace est un outil très efficace, mais ce n’est qu’un media. Je n’ai jamais fait aucune «friend request», aucune promo autre que le simple fait d’avoir ma musique sur ma page, je ne suis donc pas un exemple en terme d’auto-promo virtuelle !

Tu te définis de quel style musical ?
Pour résumer, je dirais «booty pop»

Féministe convaincue ou fille de ton temps ?
Fille de mon temps. Je ne suis pas du tout féministe, je n’aime pas le côté radical de ce terme. J’aime beaucoup les garçons, j’aime jouer, «taquiner», tu vois, genre «qui aime bien châtie bien». Love

La suite donc un maxi ? Qui devrait sortir quand ?
Oui, un EP à paraître chez Source (EMI) fin du printemps ou été, ça n’est pas encore complètement défini mais vous l’aurez pour la rentrée ! Je donnerai des news sur ma page: www.myspace.com/iloveyelle

Aucun commentaire

Laisser un commentaire